Actualités

[testimonial_wrap]
[testimonial]

Le message du Guide Suprême à l’occasion du grand pélerinage de la Mecque

 Grâce au nom de Dieu, le Tout-miséricordieux, le Très-miséricordieux
Louange au Seigneur des deux mondes, paix et bénédictions divines au grand Messager et aux Gens de la demeure
Il faut considérer l’arrivée de la cérémonie du Hadj comme une grande fête de l’Oumma islamique. Une très bonne occasion, fournie aux Musulmans, en ces jours précieux, dans toutes les années,  un évènement rare que si sa valeur est connue et employée autant qu’il mérite, de nombreux maux et vulnérabilités du monde musulman seront remédiés.
Le Hadj est la source jaillissante de la grâce divine. Tout un chacun d’entre vous, les pèlerins heureux, a trouvé cette grande chance pour se purifier le corps et le cœur, à travers ces pratiques et rituels, pleins de quiétude et de spiritualité et de se faire une provision, pour toute sa vie, de cette source de miséricorde, d’honneur et de force. L’humilité et la soumission envers Dieu Miséricordieux ; l’engagement envers les obligations fixées pour les Musulmans ; le dynamisme, le mouvement et l’action dans le travail inhérent à la religion et monde d’ici-bas ; la pitié et l’abnégation dans l’interaction avec les frères ; le courage et la confiance en soi face aux vicissitudes ; l’espoir en l’aide et l’appui de Dieu partout et dans toute chose, et bref, l’édification et la purification humains sur la scène divine de l’éduction et de la formation, vous pouvez vous procurer et vous doter de ces ornements, et bénéficier de ces provisions pour votre pays et votre nation, et les apporter, finalement, comme présents, pour l’Oumma islamique.
 L’Oumma islamique a besoin, aujourd’hui,  avant toute autre chose des hommes qui joignent la  réflexion et la pratique à la foi, à la quiétude, à la sincérité, et favorisent la résistance face aux ennemis rancuneux, parallèlement à l’autodéification spirituelle et morale. Cela est l’unique voie de la grande communauté musulmane pour se libérer des difficultés dans lesquelles elle est plongée depuis les temps lointains, difficultés crées soit, ouvertement par l’ennemi, soit par la fragilité de la détermination, de la foi et de la perspicacité.
Certes, la période actuelle est celle du réveil et du fait de retrouver l’identité des Musulmans ; on peut comprendre, clairement, cette vérité à travers les défis auxquels sont confrontés les pays musulmans. C’est exactement dans cette conjoncture que la détermination et la volonté, reposant sur la foi, le recours à Dieu, la perspicacité et la mesure, peuvent conduire les nations musulmanes, heurtées à ces défis, vers la victoire et l’honneur, tout en scellant leur sort à la grandeur et à la dignité. Le front opposé qui ne tolère pas le réveil et la grandeur des Musulmans est entré dans l’arène avec toutes ses forces et se donne tous les outils sécuritaires, psychologiques, militaires, économiques et propagandistes pour immobiliser et réprimer les Musulmans. Un regard sur la situation dans les pays de l’Asie de l’Ouest, du Pakistan jusqu’à l’Afghanistan en passant par la Syrie, l’Irak, la Palestine, et les pays du Golfe Persique, ainsi que les pays du Nord de l’Afrique s’étendant de la Libye, de l’Egypte, de la Tunisie jusqu’au Soudan et certains autres pays, rend à l’évidence de nombreuses réalités.
Les guerres civiles, le fanatisme religieux et politique aveugle, l’instabilité politique, la propagation d’un terrorisme impitoyable, l’émergence de groupes extrémistes, qui, à la manière des tribus sauvages de la préhistoire, ouvrent la poitrine des hommes pour en extraire le cœur et le dévorer, des hommes armés, qui massacrent femmes et enfants, qui décapitent les hommes et qui violent leurs épouses, perpétrés, parfois, au nom même de la religion, sont tous l’œuvre et les complots sataniques et hégémoniques des services de sécurité des étrangers et de leur alliés, au sein des gouvernements de la région, qui interviennent là où le terrain est rendu propice, plongeant le peuple dans la misère et la dévastation. Certes, dans de telles circonstances, on ne peut pas s’attendre à ce que les pays musulmans puissent combler leur vide matériel et moral et parvenir à la sécurité, au bien-être, aux progrès scientifiques et à la souveraineté internationale, fruits de l’éveil et de la prise de conscience de leur identité. Cette situation catastrophique et déplorable pourrait rendre l’éveil islamique stérile et altérer la disponibilité morale, apparue dans le monde de l’Islam, avant de plonger, une autre fois, pour des années durant, les peuple musulmans, dans la récession, l’isolement et la perversité, engendrant, aussi, l’oubli des questions importantes, comme la libération de la Palestine et des peuples musulmans des griffes des Etats-Unis et du Sionisme. La cure fondamentale réside dans deux phrases-clés, qui sont les principales leçons que l’on peut tirer de la cérémonie du Hadj :
1-   L’unité et la fraternité des Musulmans, sous la bannière de l’Islam.
2-   L’identification de l’ennemi et la Résistance, face à ses plans et à ses méthodes.
Le renforcement de l’esprit de fraternité et de solidarité est la principale leçon que nous donne le Hadj. Ici, même les disputes et les injures sont interdites. Un vêtement uniforme, un comportement identique et des manières affectueuses témoignent de l’égalité et de la fraternité de tous ceux qui sont épris de ce foyer de l’unité. Cela constitue une réponse catégorique à toute pensée, conviction et invitation, qui considèrent comme hors du cercle de l’Islam, un groupe de Musulmans qui croit en la Kaaba et l’unicité. Les éléments takfiris, instruments entre les mains de la politique des Sionistes et de leurs soutiens occidentaux, qui se livrent au massacre sanglant des Musulmans innocents et de ceux qui portent l’étendard  de la religion, en endossant les habits des oulémas et des  religieux attisent le feu de la dissension entre Chiites et Sunnites, bien qu’ils devraient savoir que l’essence des cérémonies du Hadj réduit à néant toutes leurs prétentions. Moi, en personne, tout comme plusieurs oulémas soucieux du sort de l’Ummah islamique, j’affirme, une nouvelle fois, que tout acte ou parole conduisant à la dissension et à la discorde entre les Musulmans, ainsi que tout blasphème aux valeurs sacrées d’un groupe quelconque de Musulmans, ou bien, le fait de frapper d’excommunication l’une des confessions islamiques, constituent un service rendu au camp de la mécréance et du polythéisme et sont considérés comme Haram et illicite.
L’identification de l’ennemi et de ses méthodes sont le deuxième pilier. Premièrement, il ne faut, en aucun cas, ignorer l’existence de l’ennemi rancunier, un fait auquel fait allusion un des rites du Hadj, qui est illustré par la lapidation de Satan (ramy al-jamarāt). Secundo, il ne faut pas commettre d’erreur, lors de l’identification du principal ennemi, qui est, aujourd’hui, le même front hégémonique mondial et le réseau criminel du Sionisme, et finalement, il faut bien connaître les méthodes de cet ennemi, qui veut semer la dissension entre les Musulmans, propager la corruption politique et éthique, menacer et intriguer, exercer des pressions économiques sur les peuples, et soulever le doute, dans les convictions islamiques.
Les puissances hégémoniques avec à leur tête les Etats Unis d’Amérique usent de tous les moyens médiatiques possibles et imaginaires pour masquer leur réel visage et sous les dehors des défenseurs acharnés des droits de l’homme et de la démocratie, elles  trompent perfidement  l’opinion publique internationale. Ces puissances- là brandissent l’étendard  de défense des droits de l’homme au moment où les nations entières dans les pays musulmans sentent au plus profond de leur chair et os les effets morbides des complots que ces mêmes puissances trament à leur encontre. Pour s’en convaincre, il suffit de se souvenir de  la Palestine où une nation, victime des crimes du sionisme, subit  le pire destin depuis des décennies. En Afghanistan,  au Pakistan ou encore en Irak, le  terrorisme,  ce maléfique produit des politiques de l’Arrogance mondiale et ses satellites,  ne cesse de mener la vie dure à la population. Et que dire de la Syrie, pays plongé dans les affres de la guerre civile et cible de profondes aversions de l’Arrogance et de ses affidés,  pour cause de soutien à la Résistance anti sioniste.  A Bahreïn et au Myanmar, les musulmans  livrés aux  ennemis, sont ignorés jusqu’à leur existence alors que le soutien le plus total va à ceux qui les persécutent.  De guerre en sanction, en passant par des actes de sabotage visant leur sécurité, d’autres nations musulmanes ne sont pas épargnés des actes hostiles des Etats Unis et de leurs alliés. Et à travers autant de souffrances que subissent les peuples de ces Etats, c’est le hideux visage de l’ordre hégémonique ambiant qui se dévoile.
L’élite politique, culturelle et religieuse devra s’estimer liée par la nécessité de démasquer la face véritable de l’Arrogance. C’est notre devoir moral et religieux à nous tous. Les pays de l’Afrique du nord, aujourd’hui objets de profondes divisions internes, se devront ainsi plus que les autres pays musulmans,  prendre en main leur responsabilité qui est celle d’identifier l’ennemi, ses méthodes et ses stratagèmes.  Les divergences qui persistent entre les courants politiques  dans ces Etats et les risques de la guerre civile qui pèsent à leur encontre, constituent un danger éminent  qui en cas de matérialisation, laissera des dégâts irréparables.
Nous n’avons  aucun doute,  la volonté des nations musulmanes, celles-là même qui ont marqué de leur sceau le mouvement de « réveil  islamique »,  consiste à ne pas permettre un retour en arrière, un retour à l’époque où les dictateurs  corrompus, inféodés présidaient à leur destinée. Cependant, ne pas tenir en compte le danger que représente le penchant « complotiste » des puissances arrogantes et leurs ingérences dévastatrices dans les affaires intérieurs des Etats risquent de rendre plus ardue la  tâche  des nations musulmanes à instaurer des sociétés prospères, apaisées et dignes. Nous croyons profondément en la capacité des nations musulmanes à surmonter les obstacles, en leur pouvoir de discernement, en leur foi et en la perspicacité que Tout puissant  a déposé en elles, soit des atouts  qui leur permettra de résoudre les crises . Notre conviction est issue de plus de trois décennies d’expérience qui est celle de notre révolution islamique, trois décennies d’épreuve que nous avons intensément vécues. Nous appelons toutes les nations frères à revivre cette même expérience qui celle d’un Etat qui résiste toujours sans jamais plier l’échine.
J’invoque l’aide du Tout-puissant pour qu’Il préserve les musulmans, qu’Il  éloigne d’eux,  la ruse des ennemis et qu’Il accorde à vous les pèlerins de la Sainte Mecque,  paix, santé, prospérité et la force de l’âme.
Que paix et bénédiction de Dieu vous soient accordés
Seyyed  Ali Khamenei
Le 5 Zeilhajeh 1434.

[client_name]Seyyed  Ali Khamenei[/client_name][/testimonial]

[testimonial]

« L’Occident a accepté le droit iranien à l’enrichissement » (Al Hayat)

IRIB- Selon Al Hayat, qui cite une source anonyme iranienne,
 » l’Occident a accepté le droit iranien à l’enrichissement de l’uranium à faible taux et ce sur le sol iranien ».  » Les négociateurs des 5+1 ont accepté le principe de l’enrichissement de l’uranium sur le sol iranien. ce feu vert revient à accepter le cycle complet de la technologie nucléaire iranienne dont la phase de l’enrichissement . il s’agit là d’une ligne rouge , celle que les iraniens mettent en avant sans cesse et à laquelle ils ne renonceront jamais au risque de compromettre leurs intérêts »  » ce que les iraniens auraient visiblement accepté c’est de réduire le taux de l’enrichissement , affirme Al Hayat.

[client_name]Anonyme[/client_name][/testimonial] [testimonial]

Genève II : début d’une solution syro-syrienne

IRIB- Un député syrien a estimé que la tenue de la Conférence internationale Genève II est un prélude à l’émergence d’une solution syro-syrienne.

Hussein Ragheb, qui est, également, le Chef du Parti  «La Réforme Nationale», a souligné, lors d’une interview avec l’agence Farsnews, l’importance de la tenue de la Conférence internationale Genève II sur la Syrie, avant d’ajouter que cette conférence aurait comme conséquence le rassemblement des groupes syriens dans un dialogue global. Par ailleurs, Abdel Basset Sida, membre de la Coalition nationale des opposants syriens à l’étranger, a déclaré, dans une interview, que la participation à la Conférence Genève II  avantageait le gouvernement syrien. Il a, ensuite, évoqué la visite de Lakhdar Brahimi, l’émissaire onusien, en Syrie, dans un proche avenir, dans ce pays, avant d’ajouter que sa coalition suivait de près les contacts et les consultations, pour que, dans le cas de changements, dans les positions internationales, elle puisse participer à ladite conférence.[client_name]Député Syrien[/client_name][/testimonial]
[/testimonial_wrap]

Laisser un commentaire